Je suis originaire de Lille (1951). Après des études de prépa agro, de médecine, de théologie et, pour finir, un CAP d'électricien, j'ai pris le large et, prêtre ouvrier, j'ai travaillé sur des cargos et à l'offshore. Puis j’ai participé à l’accueil des marins sur le port du Havre où, en 1995, j’ai prêté ma plume à un matelot du Caucase qui clamait son innocence dans le meurtre de passagers clandestins. Ce fut mon tout premier livre.
Dzhamal a été acquitté. Un événement déterminant pour moi aussi, au moment d'un tournant de ma vie. En 1998, à Grenoble, j’ai choisi de me consacrer désormais à l’écriture et d'en vivre  : récits de vie, témoignages et patrimoines, romans, poésie en dialogue avec d'autres artistes. Avec la Maison de la poésie Rhône.Alpes, j’ai animé des ateliers d’écriture en maison d’arrêt et en milieu scolaire.
Actuellement je suis retiré dans la grande réserve de silence du Vercors où j'écoute, je marche et je continue à écrire.



Ecrire les pieds et l'oreille dans le Vercors : :

Le recours aux montagnes 

Atteindre la clôture des falaises

Et leurs portes verticales étroites

Défendues par la loi des pierres. 

Par les sentiers des hauts plateaux,

Réserve de silence et de lumière,

Passe le vent, messager des lointains :

Un goût venu de l’Autre, une soif d’au-devant.

 

 

 

 




« Écrire, disait Marguerite Duras, c’était la seule chose qui peuplait ma vie et qui l’enchantait. Je l’ai fait. L’écriture ne m’a jamais quittée ».

D'autres écrivains encore m'ont marqué : Gracq, Giono, Rimbaud, Apollinaire, Char, Claudel. Et des livres : Don Quichotte, Le Livre des fondations, Le Hussard sur le toit, Voyage au bout de la nuit, Les Frères Karamazov, Une Saison en enfer, La Quarantaine, Un Barrage contre le Pacifique, Le Vice-consul, Beloved, Le Rivage des Syrtes, Le Désert des Tartares, Guerre et Paix, Mémoires d'outre-tombe.